Pour mon premier article « bouquineries », j’ai choisi de vous parler d’un magazine un peu décalé, singulier, féministe et surtout réaliste, avec des gens cools, de belles photos imparfaites et des interviews pas comme les autres. Bref, une lecture girly mais pas sans esprit.

J’ai nommé… Paulette !Paulette des mois de septembre et octobre, toujours en kiosque !  

Avec quatre euros en poche et un peu de patience (bimestriel oblige), vous avez entre vos mains de la lecture de qualité, affranchie des clichés qui collent à la peau (ou plutôt à la page) des magazines féminins.

Dans cette revue, je vous propose un condensé de mes coups de coeur du numéro des mois de septembre et d’octobre: « Je suis une fille salopette ».

Dans ce numéro, Paulette nous réconcilie avec la salopette, qu’on croyait encore réservée aux sales gosses des bacs à sable. Qu’elle soit en jean, courte ou fluide, la salopette est symbole de liberté. Liberté de mouvement (bah oui, faut avouer qu’on est vachement à l’aise dans ce bout de tissu), mais aussi de penser. Parce qu’une fille salopette c’est une fille indépendante, un peu féministe et surtout confiante.

Page après page, on comprend mieux « l’attitude salopette », en lisant par exemple les interviews de Frédérique – une jeune styliste à la coupe afro et au look seventies (qui compare superbement son style à un burrito)- et de Nabilla. Oui oui, la Nabilla à la poitrine (trop) avantageuse et aux punchlines douteuses. Paulette joue de nos idées préconçues et nous fait découvrir une jeune femme fragile et rigolote, qui pose en garçon manqué nonchalant devant l’appareil photo.

Entre quelques pages mode et beauté où des sweaters à slogan flirtent avec des bagues finement dorées, on déniche de bonnes adresses déco et foody (trop souvent à Paris malheureusement…) mais surtout des petits bijoux musicaux, loin des tubes de l’été qu’on nous rabâche à la radio. Holy Two -duo à l’électro pointue et emplie d’émotion- et Kwami Liv -une baroudeuse à la voix suave- font désormais partie de ma playlist. Allez écouter «Moon Beam» des Holy Two et n’oubliez pas de regarder leur clip sombre et minimaliste, un régal pour nos petites oreilles et nos pupilles !

Paulette, je l’aime aussi (et beaucoup) pour ses pages road-trip qui donnent envie de prendre un billet d’avion (aller-simple) pour n’importe quelle destination. Ces mois-ci, j’ai découvert avec émerveillement l’Australie et sa ville branchée Melbourne. Entre bons plans, recette, adresses secrètes et photographies pastels, Paulette m’a donné envie de partir, sac sur le dos, à travers cet Eldorado pour les foodistas et fashionistas que nous sommes. Je suis tombée sous le charme de ce pays des possibles, rien qu’en dévorant les pages de papier glacé.

En bref, Paulette, c’est une petite parenthèse de douceur où les tabous (cf. article sur la pilule), les clichés (Nabilla ne se résume pas à son «Allô, non mais allô quoi») et la vulgarité n’ont pas leur place. Alors oui, cela «reste» un magazine féminin mode et lifestyle, mais qu’est-ce que ça fait du bien !

N’hésitez pas à partager en commentaire vos avis sur Paulette et vos magazines préférés !
See you et bonne lecture 🙂IMG_1391

Publicités