Dessiner à l’aquarelle, c’est sentir une liberté volatile entre ses doigts, c’est un trait glissant qui menace sans cesse de se transformer en inondation colorée, c’est l’incertitude des pigments, c’est la beauté d’un geste précis et gracile. IMG_0124

Ce gribouillage est l’esquisse d’un article à venir (dimanche peut-être) sur l’album Au pays d’Alice, composé à l’unisson par Ibrahim Maalouf et Oxmo Puccino.

Poussée par le Lièvre de Mars, la candide Alice découvre un univers incertain, absurde, vicieux; univers vers lequel elle semble inexorablement attirée. Pour la candide, le Lièvre est « le plus intéressant, et peut-être qu’en mai il ne serait pas fou à lier – pas aussi fou qu’en mars, tout du moins. »

See you 🙂

Publicités