Un bestseller philosophique (expression presque oxymorique…)

On m’a vendu ce livre, écoulé à plus de 65 millions d’exemplaires et traduit en 56 langues, comme « un bouquin qui va te changer la vie ».

Aspiration quelque peu audacieuse et orgueilleuse, vous me l’avouerez.

Depuis la lecture de l’Alchimiste de Coelho, ma vie s’est-elle métamorphosée?

Pas vraiment.

Et pourtant, ce fût une lecture plaisante et instructive. Le genre de bouquin qu’on a plaisir à retrouver, après une froide journée d’automne, au coin d’un feu rougeoyant. Le livre-doudou quoi.

Un conte pour grand enfant

Coelho nous offre un court roman, écrit à la manière d’un conte, comme ceux que l’enfant émerveillé qu’on était écoutait religieusement, blotti dans son lit.

On suit les pérégrinations d’un jeune berger espagnol, Santiago, entre son Andalousie natale et les Pyramides d’Egypte, en passant par Tanger et le mystérieux désert du Sahara. Au fil des rencontres et des désillusions, le jeune candide découvre sa «Légende personnelle». Sous ce nom énigmatique se cache tout ce qu’on a toujours souhaité faire, notre mission sur Terre. Mettre toute notre volonté pour l’accomplir est, selon le philosophe, «la seule et unique obligation des hommes. »

Nous apprenons, à l’instar de Santiago, à lire les signes qui s’offrent à nous pour accéder à ce que Platon nommait joliment l’«Âme du Monde», ce grand livre dans lequel sont écrites nos histoires.

Qu’on accroche à ces idées philosophiques ou non, il est superbe de penser une relation spirituelle dans laquelle chacun de nos actes (écologiques, moraux…) a un écho sur l’ensemble du processus humain. En bref, un vrai écosystème !roerich-la-sagesse-670x254

Une belles histoire… truffée de clichés 

Alors oui, ça coule (j’irai même jusqu’à dégouline) de bons sentiments: le soleil brille fort, la vie est frugale mais remplie de types super sympas, les religions cohabitent pacifiquement, être heureux se résume à de jolies phrases du genre « Quand on veut une chose, tout l’Univers conspire à nous permettre de réaliser notre rêve» etc. mais qu’est-ce que ça fait du bien ! Un peu de naïveté, de béatitude et de poésie n’ont jamais tué personne.

Si on gratte un peu le vernis prétentieux du livre, on peut dénicher des pensées et des légendes orientales touchantes et didactiques. L’Alchimiste est un livre de développement personnel accessible, qui s’est avéré être pour moi une réelle porte d’entrée dans ce monde littéraire qui m’était jusqu’alors presque inconnu.

Alors, à lire ou pas ?  

Je n’aurai pas la prétention de déconseiller ce bouquin que j’ai apprécié dans l’ensemble, malgré un style d’écriture fade et pauvre. Mais, si vous voulez vous essayer à ce genre de lectures-parenthèses, dévorez plutôt L’Ame du Monde de Frédéric Lenoir, juste « waouh ».

Bonne lecture et …

See you 🙂

Publicités